• Menu
Se conformer au contrôle technique moto

Quand et comment se conformer au contrôle technique pour motos et scooters ?

Dans le monde des deux-roues, la question du contrôle technique est souvent source de confusion. Entre les différentes réglementations et leurs évolutions, il peut être difficile de savoir quand et comment se conformer à ces obligations.

Que vous soyez propriétaire d’une moto ou d’un scooter, ce guide pratique a pour objectif de vous aider à y voir plus clair. Nous aborderons les moments clés où un contrôle technique s’impose, ainsi que les démarches à suivre pour être en règle. Un moyen efficace de rouler l’esprit tranquille, tout en garantissant votre sécurité et celle des autres usagers de la route.

Contrôle technique obligatoire pour les deux-roues motorisés : ce qu’il faut savoir

Depuis le 23 octobre dernier, le contrôle technique est devenu une obligation pour les deux-roues motorisés. Les propriétaires de motos et scooters doivent se conformer à cette nouvelle réglementation, qui concerne tous types de véhicules, y compris les petites cylindrées (50 et 125 cc). Les échéances varient en fonction de l’année d’immatriculation du véhicule, avec une première vague concernée dès 2024. Ce contrôle périodique vise à assurer la sécurité routière et la protection de l’environnement.

Conformité au contrôle technique moto

Comment sont déterminées les échéances du contrôle technique ?

Les dates d’échéance pour le contrôle technique des deux-roues motorisés sont fixées en fonction de l’année d’immatriculation du véhicule. Ainsi, les véhicules immatriculés avant 2017 doivent passer leur premier contrôle au plus tard le 31 décembre 2024.

Pour ceux immatriculés entre 2017 et 2019, l’échéance est fixée à 2025, tandis que pour ceux immatriculés entre 2020 et 2021, elle est prévue en 2026. Ensuite, un contrôle doit être effectué tous les trois ans pour les véhicules immatriculés à partir de 2022, et tous les cinq ans pour les véhicules de collection.

Lire aussi :  Essai scooter électrique bmw ce-02 : tout savoir sur ce nouveau modèle innovant

Conséquences des défaillances et recommandations pour un contrôle technique réussi

En cas de défaillance majeure lors du contrôle technique, les propriétaires disposent de deux mois pour effectuer les réparations nécessaires. En raison de la pénurie de pièces détachées, il est conseillé d’anticiper ces réparations pour éviter des délais prolongés chez le garagiste.

Une défaillance critique rend le contrôle valide uniquement pour une journée. Il est donc crucial de ne pas attendre la dernière minute pour prendre rendez-vous dans un centre de contrôle technique. Enfin, une vignette doit être apposée sur le pare-brise, sauf pour les motos sans pare-brise.

Copilot est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Avatar photo
Raphaël Benidou