• Menu
Le rôle de l'Etat dans le financement du leasing social

Leasing automobile social : comment l’État encourage les constructeurs français à accélérer leurs initiatives

Dans un contexte où la mobilité est devenue une nécessité sociale et économique, l’État français encourage les constructeurs automobiles nationaux à accélérer leurs initiatives en matière de leasing automobile social. Cette stratégie vise à faciliter l’accès à des véhicules neufs ou d’occasion pour les ménages aux revenus modestes.

Cet article se propose d’explorer comment le gouvernement incite les constructeurs français à développer ces offres de location longue durée, qui représentent une solution innovante pour répondre aux défis de la mobilité durable et inclusive. Découvrez comment cette initiative pourrait transformer le paysage automobile français.

Le boom du leasing social automobile en France

La demande pour le leasing social automobile a explosé en France, avec plus de 90 000 demandes enregistrées fin janvier pour des véhicules électriques à tarifs préférentiels. Ce dispositif, lancé par l’État français, vise à rendre accessible la mobilité verte aux ménages les plus modestes et aux gros rouleurs. Il propose une location avec option d’achat (LOA) de voitures électriques à moins de 100 euros par mois pour les citadines et 150 euros pour les familiales, hors assurance et entretien.

Toutefois, cette offre est conditionnée par la production locale des véhicules, incitant ainsi les constructeurs français à accélérer leur cadence de production. Cette démarche soutient également l’essor de l’industrie automobile française dans le domaine de l’électrification, en favorisant la création d’emplois locaux et en stimulant l’innovation technologique dans ce secteur en pleine mutation.

Les constructeurs français face à l'accélération de la production

Le rôle de l’Etat dans le financement du leasing social

L’État français s’est engagé à subventionner davantage que les 25 000 véhicules électriques initialement prévus dans le cadre du leasing social, en réponse à la forte demande. Cependant, cette augmentation dépend de la capacité des constructeurs français à intensifier leur production. Seuls les véhicules fabriqués en France ou en Europe sont éligibles pour ce dispositif, excluant ainsi les voitures « made in China ».

Lire aussi :  Réticence des Français à abandonner l'essence : pourquoi tant d'hésitation envers la voiture électrique ?

Le ministre de l’Industrie et de l’Énergie, Roland Lescure, a même évoqué la possibilité d’étendre le financement à 50 000 véhicules, tout en insistant sur la nécessité d’une production locale soutenue. Cette expansion du programme pourrait non seulement répondre à la demande croissante pour des véhicules électriques abordables, mais aussi contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à la transition vers une mobilité plus durable et respectueuse de l’environnement.

Les constructeurs français face à l’accélération de la production

Face à cette demande croissante, les constructeurs français sont appelés à intensifier leur production. Plusieurs modèles électriques, comme la Renault 5, devraient être lancés dans les mois à venir. Le gouvernement insiste sur le fait que ces véhicules doivent être fabriqués en France ou en Europe pour être éligibles au dispositif de leasing social.

L’objectif est d’éviter une électrification du parc automobile français avec des voitures « made in China ». Les constructeurs français ont donc un rôle clé à jouer pour répondre aux attentes du gouvernement et soutenir ce mouvement vers une mobilité plus verte.

Copilot est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

Avatar photo
Raphaël Benidou